Les flux RSS, maintenant !

A lire sur Framablog:

Il n’y a pas si longtemps, les flux RSS nous étaient familiers et fort utiles. Aral Balkan nous invite à nous en servir partout et explique pourquoi ils sont peut-être l’avenir d’un autre Web en gestation..

Peu compliqués à mettre en place sur une page web, ils permettent un lien sans intermédiaire entre la production de contenu et son audience, court-circuitant ainsi les plateformes centralisatrices que nous avons laissé parasiter nos communications. Tandis que se confirme une tendance forte à la fédération des contenus, la pertinence des flux RSS qui permet de les découvrir pourrait être un allié important pour re-décentraliser le Web.

On veut retrouver les flux RSS

D’après le billet d’Arak Balkan Reclaiming RSS

Bien avant Twitter, avant que les algorithmes ne filtrent notre réalité à notre place, avant le capitalisme de surveillance, existaient déjà les flux RSS : acronyme de Really Simple Syndication, c’est-à-dire la syndication vraiment simple.1

C’est quoi déjà ?

Pour ceux et celles qui sont né⋅e⋅s dans le monde des silos du Web centralisateur, les RSS sont une antique technologie du Web 1.0 (« le Web ingénu des premiers âges » ?). Comme pour beaucoup de choses de cette époque, le nom dit la chose : ils permettent de syndiquer facilement les contenus de votre site, c’est-à-dire de les partager. Les personnes que cela intéresse de suivre vos publications souscrivent à votre flux et reçoivent ainsi les mises à jour en utilisant leur lecteur de RSS. Pas de Twitter ni de Facebook pour s’interposer avec des algorithmes pour censurer… euh … « modérer » vos billets.

RSS est d’une simplicité enfantine à implémenter (juste un fichier XML). Vous pouvez l’écrire à la main si vous voulez (même si je ne le recommande pas).

Voici un extrait du flux RSS de mon site, qui vous montre quelques-uns des champs de l’entrée courante de ce billet :

<?xml version="1.0" encoding="utf-8" standalone="yes" ?>
<rss version="2.0" xmlns:atom="http://www.w3.org/2005/Atom">
<channel>
<title>Aral Balkan</title>
<link>https://ar.al/</link>
<description>Recent content on Aral Balkan</description>
<lastBuildDate>Fri, 29 Jun 2018 11:33:13 +0100</lastBuildDate>

<item>
<title>Rediscovering RSS</title>
<link>https://ar.al/2018/06/29/rediscovering-rss/</link>
<pubDate>Fri, 29 Jun 2018 11:33:13 +0100</pubDate>
<author>mail@ar.al (Aral Balkan)</author>
<description>(The content of this post goes here.)</description>
</item>

</channel>
</rss>

De plus son implémentation est quasi-universelle.

Où est mon RSS ?

Il y a bien des chances, si vous avez un site web, que vous ayez déjà un flux RSS, que vous le sachiez ou non. Si par exemple vous utilisez comme moi Hugo pour créer votre site, votre flux RSS est là :  /index.xml

D’autres générateurs peuvent les insérer ici ou là : at /rss, /feed, /feed.xml, etc.

un tableau avec toutes sortes d'icônes pour les flux RSS
Le Noun Projet présente une belle sélection d’icônes RSS qui sont à votre disposition

 

À une époque, vous ne pouviez pas surfer sur le Web sans voir partout les séduisantes icônes RSS décorer gracieusement les belles vitrines du Web 1.0. Mais ça, c’était avant qu’elles ne soient vampirisées par les traqueurs espions … euh …  « les boutons de partage social » des Google et autres Facebook qui pratiquent la traite intensive d’internautes.

Il existait aussi auparavant une saine propension des navigateurs à détecter automatiquement et afficher les flux RSS. Aujourd’hui, il semble qu’aucun navigateur majeur ne le fasse bien nettement.

Il est grand temps de revenir à la charge pour exiger une prise en charge de premier plan des flux RSS, une brique importante pour re-décentraliser le Web.

Mais vous n’avez pas besoin d’attendre que les éditeurs de navigateurs se décident (certains comme Google sont eux-mêmes des agents du capitalisme de surveillance et d’autres, comme Mozilla, doivent leurs ressources financières aux capitalistes de la surveillance). Vous pouvez dès maintenant remettre à l’honneur les flux RSS en retrouvant l’adresse URL de votre propre RSS et en l’affichant fièrement sur votre site.

Rien de bien compliqué : il suffit d’un lien dans la partie <head> de votre page2 et d’un lien dans le <body> avec une icône RSS et hop vous voilà dans la famille du Web décentralisé.

voici le lien à insérer dans le <head> :

<link
rel="alternate"
type="application/rss+xml"
href="https://ar.al/index.xml"
/>

et voilà l’en-tête à mettre dans le <body> qui établit le lien avec le flux RSS avec une icône visuellement repérable.

<a
rel='alternate'
type='application/rss+xml'
href='/index.xml'
>
<img
class='rss'
src='/icons/rss.svg'
alt='RSS feed icon'
title='Subscribe to my RSS feed'
>
</a>

Jetez un coup d’œil au Noun Project pour choisir votre icône RSS, elles sont toutes sous licence Creative Commons.

RSS lourd ou léger ?

Capture d'écran du lecteur Leaf RSS sur macOS qui affiche mes souscriptions, la liste des derniers billets de mon blog, et mon billet sur Kyriarchy, qui s'affiche parfaitement.
Le lecteur de RSS Leaf affiche parfaitement l’intégralité du contenu HTML.

 

Lorsque vous créez un flux RSS pour votre site, vous avez le choix entre inclure seulement un résumé de votre billet ou bien son contenu intégral. J’ai modifié la configuration de mon Hugo et le modèle de RSS par défaut en suivant les instructions de Brian Wisti pour inclure le contenu intégral dans le flux et je vous recommande d’en faire autant.

Il y a six ans, je préconisais l’inverse ! J’écrivais « le RSS lourd n’est une copie du contenu sous un autre nom ». J’avais tort. J’étais trop obsédé par le maintien d’une mainmise formaliste sur mes conceptions et je n’ai donc pas réussi à faire un choix réfléchi en utilisant des critères de conception éthiques.

Capture d'écran du lecteur de RSS NewsBar RSS sur macOS qui affiche mes souscriptions, la liste des billets de mon blog et un aperçu de mon billet sur Kyarchy, avec l'image et les styles qui ont disparu.
Le lecteur de RSS Newsbar n’affiche pas les images ni le style correctement dans l’aperçu du contenu.

Capture d’écran du lecteur de RSS NewsBar RSS sur macOS qui affiche mes souscriptions, la liste des billets de mon blog et un aperçu de mon billet sur Kyarchy, avec l’image et les styles qui ont disparu.

Plus les personnes ont de moyens d’accéder à vos contenus publiés, plus ces contenus ont des chances de rester en ligne et meilleur c’est pour la liberté de tous.

Des contenus dupliqués ? Oui, sans problème ! Plus on en a et mieux ça vaut. Eh eh, avec la version web en pair à pair de mon site, le but est idéalement de dupliquer le contenu autant de fois qu »il y aura de personnes pour le parcourir.

Certes, votre contenu peut être légèrement différent d’un lecteur RSS à l’autre, car certaines applications ne sont pas conformes aux standards, mais c’est leur problème, pas le vôtre. D’après mes tests partiels, le lecteur Leaf pour macOS affiche mon flux RSS lourd parfaitement alors que NewsBar ne le fait pas. Pas grave. (et j’espère que l’équipe de NewsBar en prendra bonne note pour améliorer le rendu dans une prochaine mise à jour. Après tout, aucune application n’arrive parfaite sur le marché).

Maintenant que nous nous éloignons du Web centralisé pour aller vers un Web pair à pair, il est temps de redécouvrir, adopter et exiger les flux RSS.

Tout ce qui est ancien reprend une nouvelle force.

RSS était un élément essentiel du Web 1.0 avant que le capitalisme de surveillance (Web 2.0) ne s’en empare.

Ce sera une composante précieuse du Web+ et au-delà.

[Copyright © 2018 Aral Balkan. Licence : Creative Commons Attribution-ShareAlike.]


    • Pour aller plus loin sur le sujet des flux RSS, un autre article du même auteur publié plus récemment : Refining the RSS

et ses aventures nocturnes pour tenter de faire apparaître cette maudite icône de RSS.

  • Pour s’abonner aux flux du Framablog, c’est par ici en bas à droite

  • Avec Firefox, il n’est pas très compliqué de s’abonner aux flux web, que ce soit RSS ou autres formats
Une entrée de menu dans les marque-pages ou plus direct encore, une icône à mettre dans votre barre personnelle. Davantage de détails dans cet article de SUMO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.